OK
Agrandir la taille du texte Revenir Ă  la taille initiale Version imprimable
Accueil  >  Un patrimoine classĂ©  >  Naissance du MĂ©morial

Naissance du MĂ©morial

Le projet de polychromie du bâtiment
Le projet de polychromie du bâtiment
Paul Nelson devant la maquette de l'hôpital

Un financement Franco-Américain

Le Ministère de la Santé, en liaison avec les services de l'American Aid to France, étudie depuis 1946 la possibilité de reconstruire l'hôpital de Saint-Lô.

Une campagne de collecte de dons est lancée en janvier 1947 aux Etats-Unis... et en fin d'année, la décision est prise : American Aid to France accepte de contribuer au financement de la construction d'un hôpital qui sera en même temps un monument à la mémoire des soldats américains tombés lors de la libération de la cité.

L'architecte est choisi : il s'agit de Paul Nelson, spécialiste de l'architecture hospitalière,qui travaillera avec Roger Gilbert, Marcel Mersier et Charles Sébillotte, architectes associés.


Le 19 juillet 1948, la première pierre du futur établissement est posée par l'Ambassadeur des Etats-Unis en présence de Madame Poinsot Chapuis, Ministre de la Santé Publique.

Puis le premier hôpital "moderne" commence à sortir de terre. 

Une conception originale

L'hôpital en train de se construire est un établissement d'un genre nouveau. Premier hôpital en hauteur de France, il servira de modèle à toute l'architecture hospitalière de la fin du XXème siècle.

L'architecte Paul Nelson qui n'a eu de cesse, tout au long de sa carrière, de lier architecture et création plastique fait appel à Fernand Léger. Et celui-ci étudie plusieurs projets de polychromie de l'hôpital, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. Il propose également de réaliser une fresque en mosaïque et d'installer à l'entrée de l'hôpital une grande céramique polychrome contrastant avec la rigueur géométrique du bâtiment : "La Fleur qui Marche".

La Fleur qui Marche

La couleur comme thérapie

 "Faisons entrer la couleur, nécessité vitale comme l'eau et le feu... dosons-la savamment, qu'elle soit une valeur plus agréable : une valeur psychologique... son influence peut être considérable"

(Fernand Léger, "Fonctions de la peinture", 1924)

Nelson et Léger étaient tous deux convaincus du caractère thérapeutique de la couleur. Mais si la fresque en mosaïque symbolisant la main tendue des Etats-Unis à la france a bien été réalisée, les projets de polychromie générale du bâtiment imaginés par Léger ne verront, en revanche, pas le jour. Pas plus que sa "Fleur qui marche". Elle était pourtant un beau symbole : celui de toute une époque et de son optimisme pour oublier les horreurs de la guerre et construire un monde nouveau.

La façade aux claustras colorés

Un classement aux Monuments Historiques

Le 10 mai 1956, l'hôpital est inauguré en présence de Monsieur Maroselli, Secrétaire d'Etat à la Santé, Monsieur Douglas Dillon, Ambassadeur des Etats-Unis et de près de 10 000 personnes réunies autour d'un étrange personnage portant noeud papillon. C'est Paul Nelson créateur de ce bâtiment novateur et qui fera date.

52 ans plus tard, le 24 septembre 2008, hommage est rendu à sa conception novatrice de l'architecture hospitalière, prenant en compte le bien-être du malade, avec un classement au titre des monuments historiques.

La fresque de Fernand Léger
 
 
La technologie libère du temps à consacrer aux patients

Vous souhaitez faire un don ? Deux solutions s'offrent Ă  vous

Vous pouvez faire un don via paypal en cliquant sur le bouton ci-dessous



Vous pouvez nous faire parvenir vos dons par chèque en joignant le formulaire qui nous permettra de vous transmettre un reçu fiscal. 

En savoir plus